La femme africaine et l’entrepreneuriat, une longue histoire

En Afrique, et plus particulièrement en Afrique subsaharienne, les femmes sont malheureusement les plus touchées par la pauvreté, bien qu’elles demeurent un maillon fort dans l’économie du continent. Elles contribuent pleinement à la croissance économique et jouent un rôle majeur dans la stabilité et le maintien de la paix.

La femme africaine, entrepreneure par excellence :

Historiquement, la femme africaine a toujours été une entrepreneure dans l’âme.

Devenir entrepreneur demande que l’on ait une personnalité forte afin de pouvoir faire face aux différentes difficultés que l’on sera amenés à rencontrer. Et là, on retrouve bien l’essence même de la femme africaine. Elle a toujours été associée à l’image de l’espoir, du courage et de la battante : ce qui fait d’elle une partie intégrante du développement économique, sociale et durable du continent africain.

Elle arrive à gérer sa cellule familiale avec efficacité tout en s’organisant au mieux dans l’unique but de subvenir aux besoins de sa cellule familiale. Que de qualités essentielles qui font d’elles une entrepreneure à part entière.

Certaines femmes contraintes de subvenir aux besoins économiques de leur famille trouvent en l’entrepreneuriat une issue favorable ou même parfois unique pour améliorer leur niveau de vie.

C’est d’ailleurs sur ce continent que les initiatives d’entrepreneuriat sont bien plus élevées que dans les autres parties du monde. Par exemple, on retrouve beaucoup de femmes qui travaillent dans des secteurs agricoles, dans l’artisanat ou encore en tant que commerçantes (nombre important de femmes qui vendent leurs produits dans les marchés).

Selon moi, la femme d’une manière générale, et africaine en particulier, est une entrepreneure née. Réussir à gérer une cellule familiale relève déjà de signaux forts d’un véritable entrepreneur : l’organisation, la gestion budgétaire, la logistique, la communication, l’anticipation et la gestion des risques…

Des mentalités qui renforcent les freins au développement de l’entrepreneuriat féminin : 

Mais les attitudes sociales ainsi que le retard de développement des mentalités constituent un frein véritable à son développement économique, ce qui les empêche de se lancer clairement dans la création d’entreprise. Elles n’ont d’autres choix que de se lancer dans des projets, sans être soutenues la plupart du temps, voire même risqués, qui font qu’elles n’ont aucune garantie vu le caractère informel de leur démarche.

Paradoxalement, même si la femme est perçue comme le pilier de la cellule familiale et une véritable entrepreneure dans l’âme, son image de « femme » se cantonne très souvent à la femme « traditionnelle » liée à la vie de foyer et à la maternité.

Même si on remarque une amélioration dans certains pays, cette image de la femme reste encore très ancrée dans les mœurs.

Une nouvelle génération de femmes qui montrent l’exemple :  

Or si l’on arrive à éradiquer certains freins tels qu’un meilleur accès à l’éducation et à l’information dans ce domaine, une suppression des barrières liées à la mentalité et aux attaches coutumières, une meilleure image de la femme en tant que dirigeante d’une entreprise, femme et mère, pour n’en citer qu’eux, cela permettrait une meilleure évolution dans ce domaine.

De plus en plus de jeunes femmes montrent l’exemple et font de l’entrepreneuriat féminin en Afrique un véritable pari gagnant, cassant ainsi cette image « patriarcale ».

Soutenir les femmes dans leur désir d’entreprendre et le promouvoir est selon moi un investissement gagnant et durable.

Le continent africain est l’une des économies les moins développées du monde faisant face à plusieurs difficultés. Et certaines femmes saisissent ces opportunités pour entreprendre et ainsi imaginer des solutions pouvant résoudre ces maux. C’est ainsi que l’on voit naître une multitude de projets innovants dans des secteurs divers tels que l’agriculture, l’éducation, la santé, l’énergie, la télécommunication…

Les femmes africaines, un leadership reconnu:

La femme africaine a un impact et par la même occasion une influence reconnue sur sa communauté. De part sa qualité de gestion et de « débrouillardise », la femme africaine arrive à imposer un certain leadership et management dans sa vie communautaire. Des points essentiels en terme d’entrepreneuriat. Malgré le « sexisme » et la « non-parité » encore présente, les femmes agissent sans cesse pour le développement de leur communauté et ainsi du continent.

L’avènement des NTIC et le poids du mobile : 

Aujourd’hui les nouvelles technologies s’imposent comme une véritable chance pour le développement de l’entrepreneuriat sur le continent.

MacKinsey estime, dans une de ses études, « qu’internet pourrait contribuer au PIB annuel du continent africain à hauteur de 300 milliards de dollars d’ici 2025, tandis que 67 millions de smartphones circulent déjà dans les mains d’une population extrêmement jeune ».

Ainsi les femmes l’ont bien compris et n’hésitent plus à s’intéresser à ce domaine via des formations ou autres moyens afin de proposer au mieux des solutions innovantes.

Les femmes africaines ont un point commun : la détermination 

Ambitieuses, débrouillardes et travailleuses, ces femmes ont toujours à l’esprit d’améliorer la vie de leur communauté et famille.

Ainsi, toutes ces femmes à haut potentiel aspirent toujours à un avenir meilleur et à faire évoluer leur business, et ce, en dépit de toutes les difficultés qu’elles peuvent rencontrer.

Il est évident que le plus grand obstacle auquel ces femmes (et les entrepreneurs de façon général sur le continent) sont confrontées restent l’accès au financement. De plus, les formations et l’accompagnement en termes de gestion et de développement d’une entreprise ne sont pas forcément adéquats. Une offre de services dans ce domaine est primordiale sur le continent pour pouvoir y remédier.

Le Mentoring, une solution adaptée au développement de l’entrepreneuriat aux femmes: 

Mettre en place également des systèmes de « Mentoring » pour permettre à ces femmes d’échanger, partager leurs expériences, accroître leurs réseaux leur procurerait une véritable assurance et leur permettrait de sortir de leur solitude.

Un mentor, c’est une personne qui a beaucoup d’expérience dans les affaires et qui va aider une personne porteuse de projet et souhaitant qu’on lui apporte des conseils, une aide, une vision, de la confiance en soi et du réseau.

Les réseaux de femmes dans les entreprises ou entre entrepreneurs voient le jour de plus en plus et il s’avère que cela porte ses fruits. Les femmes sont un véritable poumon économique et elles pourraient, aux vues de leurs qualités et compétences, prendre part à l’essor économique du continent.

Ainsi donc, communiquer davantage, éduquer et soutenir l’entrepreneuriat féminin permettrait de le voir évoluer efficacement et rapidement.

The following two tabs change content below.
snaguertiga

snaguertiga

Jeune entrepreneure et blogueuse Franco-Tchadienne se définissant comme une "Afroptimiste" tout en ayant la tête bien fixée sur les épaules. Je fais partie de ces personnes qui croient en cette Afrique fascinante et aux nombreux talents cachés mais bel et bien présents. Je blogue tant par passion que par détermination, ce qui fait qu'il est très difficile de m'arrêter quand je me lance. J'espère, à travers ce blog vous avoir donné envie de prendre l'Afrique du bon côté.

Un commentaire